Ce que la dépression peut faire à votre cerveau      

Notre compréhension de la dépression et de ses effets sur le cerveau a radicalement changé au cours des dernières années.

Ce n’était pas si longtemps, en 1895, lorsque nous avons établi la distinction entre dépression et schizophrénie. Pas plus tard qu’au début du 20ème siècle, nous étions encore en train de lobotomiser des personnes (en détruisant la partie frontale de leur cerveau, qui avait souvent des conséquences désastreuses) comme moyen de traitement de la dépression.

Et c’est bien que nous ayons parcouru un long chemin.

Ce qui est excitant, c’est que nous en apprenons toujours plus sur la dépression et ses effets sur le cerveau, ce qui nous permettra, espérons-le, de mieux la traiter.

Une nouvelle étude menée par le groupe de travail ENIGMA MDD a fourni une grande quantité de données montrant que la dépression persistante cause des dommages au cerveau.





 

L’étude a porté sur 9 000 personnes, soit le plus grand échantillon de toutes les études sur la dépression, et a permis d’observer la région de l’hippocampe de leur cerveau.

La région de l’hippocampe est une partie importante du cerveau qui traite de la mémoire, de la navigation spatiale et des émotions. La région abrite également l’amygdale, qui a été positivement liée à la dépression par des recherches antérieures.

Dans l’étude ENIGMA, 1 228 patients atteints de dépression ont été examinés par IRM. Ils ont été comparés aux images de 7 199 personnes non diagnostiquées.

L’hippocampe chez les personnes dépressives avait diminué jusqu’à 1,24%.

Lire la suite dans la page suivante

   
Loading...
Loading...